Depuis des lunes ceux des bois s’étaient recueillis dans la pulsation des frondaisons
Cutios le dernier des sombres s’endormait lentement dans ses ultimes brumes
Et nous sentions déjà les premières clameurs des chaleurs de Beltaine
Soudain, retenti un cri de chair, une souffrante offrande aux sources du silence
Tu traversais les temps, éclairant ce monde d’une nouvelle et douce lumière
Offerte à la vie parmis le peuple hommes tu fus ainsi nommée Alba la Blanche


©Texte Yann Le Rousic