CARGO

24 mai 2016

de plus sombre

 

 

qu'ai-je de plus sombre que cela ?
que des nuits d'enfants emplies de rêves et de possibles
que des jours autistes proies des règles incomprises

qu'ai-je de plus sombre que cela ?
que le goût du doute face aux murs en armes des certitudes  
que mille peut-être brouillant la brume des horizons

qu'ai-je de plus sombre que cela ?
qu'une rage sourde et  incomprise à tête contre la raison
qu'un terrassement d'impuissance face à l'immensité  

qu'ai-je de plus sombre que cela ?
que de ne pas trop savoir ce qu'il faudrait vouloir ou croire
que ce sentiment trouble et indécent d'être sans être


yann 2016

 

 

 

 

Posté par ylrc à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 mai 2016

Doutes

 

doutes...
il était fils du doute et de l'incertitude
pensait en enfant d'estrans à contre mer
~ mais le doute seul n'est que doute

légendes...
il se sentais issus de la légende des marais
écoutait solitaire l'acre chant des tourbières
~ mais les légendes ne parlent que de légendes

brumes...
il côtoyait les brumes qui murmurent
chantait en silence l'éther trouble des terres  
~ mais la brume ne cache que la brume

ombres...
il avait pour héritage le sombre et l'ombre
pensait comprendre  la vraie raison de la lumière
~ mais l'ombre ne révèle que l'ombre

le doute avait créé sa légende sur les brumes troubles de l'ombre





.

Posté par ylrc à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2016

Gris

 

 

entre l’oméga et l’alpha  
entre le noir et le blanc  
j'ai pris le gris du loup 
le doute de la proie  
la certitude du  prédateur





yann 2016

 

 

 

.

Posté par ylrc à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2016

Ar glav



" ar glav eo ma bro
an avel va eneoù
gwad va eñvor "


" pluie mon pays
vent mes âmes
sang ma mémoire "


Yann Hag Ólöf (2016 )

Posté par ylrc à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2013

sur le sol gelé

 

 

debout
nu
sur le sol gelé
plus de feu
le bois est mort
sous la neige
la lumière est blanche de nuits
mon corps d'os
ne tremble plus
il se laisse pénétrer
de froideur d'âme
que croire
qui croire
si ce n'est
que je suis
encore

debout
sur le sol
infertile
d'amour
debout
vivant
malgré tout
j'entame
la danse
des jours
à refaire

 

 

Yann

 

Posté par ylrc à 12:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


06 février 2013

images innées

 

nos
enlacements
en corps
images innées
chères chairs
à deux mains
serrées
au sang
salive et sueurs
en seins suaires
étreintes
tendres
déchirées
et vives hantent
mes nuits
lumineuses
de toi



yann

Posté par ylrc à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2013

je danse

 

danse

je danse
à la terre
debout
en une transe
guerrière
à grands coups
de cadences
élémentaires
comme un vaudou
une chair d'attirance
et en mes artères
coule une boue
d'outrance
fragmentaire
un rêve sans tabou
sans souffrance
je suis un arcs-en-terre
un fou
!

 

 

Yann

 

 

Posté par ylrc à 22:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 janvier 2013

être

 

être
entiers
dans l'impossible
compréhension
du monde
debout
dans la rage
du vivant
en haine
de médiocre
et en amour
de fabuleux
impossible
libres
dans nos prisons
d’âmes
et de couleurs
légers
et lourds
dans nos sombres
lumières
pour
un monde autre
à faire
et détruire
ce si minable là
qui nous refuse
le vivre
aimer
aimer

aimer
et partir
encore
debout

 

 

Yann (pour Nono)

 

Posté par ylrc à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2013

de retour ...

 


me voici de retour
en terre
me voici de retour
en pierre
sur l'âme des granits
et des vents qui parlent
aux hommes
rudes
aux pierres
levées
en nos mémoires
ancestrales
me voici de retour
au temps
chaman

 

Yann

 

Posté par ylrc à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2012

La dormante aux estrans



dormante païenne 
au corps d'eau 
rêvant la marée 
en peau d’algues
et frissons d'embruns
Morgane
ou
Morrigane échouée
ensorcelant 
les estrans du destin
au trouble du visible 
détentrice 
des savoirs horizons
de l'aurore 
et du couchant
des mondes



Yann
 
 
 

Posté par ylrc à 22:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

13 décembre 2012

Hivernal Silence

 

 

un
silence blanc
danse
sur le
froid limpide
creusant
jusqu'aux os
des cristaux
d'âme
qui se figent
dans la pulsation
lente
des corps
au sang
d’albâtre

 

Yann

 

 

Posté par ylrc à 18:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 décembre 2012

12/12/2012


douze vents de songes venus du large
douze âmes en longue mémoire de vivant
douze heures étranges au creux de l’attente

 

 

Yann

 

 

Posté par ylrc à 10:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 décembre 2012

Mon Amour certitude

 

mon amour
certitude
mon cœur
lumineux
de sage tendresse
mon indispensable
oubliée
qui danse digne
en nos souffrances
égoïstes
ma tendre
et belle clarté
sous le noir
de tes surfaces
Je te dois
mon vivant
ma liberté des ivresses
mon désir d’équilibre
et je t’offre
mes suppliques
de pardon
entends
que ton père
se retrouve
que ton père
te retrouve
mon amour
ma merveille
ma fille


Yann (décembre 2012)

Posté par ylrc à 09:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 décembre 2012

fût-elle

 

 

fût-elle
un rêve de chair
de salive
et de sperme
un cri de sang
une incandescence
une griffe

 

fût-elle
une pensée de mains
sans frontières
une nation de hanches
un pays chevelure
comme ombre
une courbe

 

fût-elle
une odeur rouge
un tremblement
tendu
 de cou

tordu de lèvres
un simple frôlement
de peaux

 

fût-elle
une seule question
vers le ciel
un étrange regard
comme le frisson
d’un possible
vivant

 

 

Yann

Posté par ylrc à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2012

Entre Aristote et Platon

 

entre
Aristote et Platon
de questions
en propositions
et si le beau ?
et si charnel ?
et si l’être ?
je n’entendais
que le Stagirite
mais oubliant
le son de toutes
les fausses leçons
des détournements
renaissance
et au cherchement
du tendre
à la quête hésitante
des chairs
le questionnements
du calme
ne souffle
nulle réponses
et me palpite
une chanson
fredonnant
dans un frisson
que Platon
n’est pas qu’un con !

 

 

yann

Posté par ylrc à 06:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 décembre 2012

rupture sédentaire

 

en ces temps frontières
de rupture sédentaire
en la mémoire pétroglyphe
des hommes immobiles
nous avons perdu le froid
oublié la trace
la piste du cerf
et tracé des chemins
les blessures de terre
nous inventant Dieux
en plantant la graine
face à l’arbre insuffisant
nous avons
dressé les pierres

 

 

Yann

Posté par ylrc à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2012

La passante

au sillage
de ses pas

à l’horizon
de ses jambes

danse
l’hypothèse
d’une robe rouge

que je déshabille
de demain

en pensant

l’incertain
de ses hanches

le tempo
de ses reins

et la braise
de ses mains

sur le peut-être
de ma peau

  

yann

Posté par ylrc à 20:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 novembre 2012

Répondeur

 

sonne
le téléphone
décrocheras ?
en toi
sa voix
s'abandonnera 
décrocheras pas !
sans toi
sa voie
s’abandonne.

 

 

yann

 

Posté par ylrc à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2012

illusion

 

les bouteilles à la mer sont bercées par l'illusion des côtes...

 

 

Yann

Posté par ylrc à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2012

ce n’était pas la nuit

 

 

 

la nuit était entrée
dans la demeure
une maison
sans lune
aux draps
blêmes
à l’âtre
moribond
un feu frissonnant
mordait le froid
sans espoir
plus un craquement
de vie
plus un souffle
d’oublis
face au temps
inoccupé
il regardait ses mains
enlaçant le sombre
d’un bol
sans chaleur
ce n’était pas l’hiver
ce n’était pas la nuit

 

 

 

yann


 

Posté par ylrc à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]